Le Mouvement Ceinture Verte

Le Mouvement Ceinture Verte en 8 questions

Qu’est-ce qu’une ceinture verte?Arbre 165

Au début des années 50, les ceintures vertes visaient à « ceinturer » la ville pour contenir l’étalement urbain. Aujourd’hui, le concept de ceinture verte se définit plus comme une trame verte et bleue, c’est-à-dire un ensemble d’espaces naturels protégés reliés entre eux par des corridors à vocation écologique ou récréative qui ne sont pas seulement en périphérie mais aussi à l’intérieur de la métropole. Les plus récentes ceintures vertes tendent donc à promouvoir un développement urbain harmonieux par la protection et la restauration des milieux naturels ainsi que de leurs connectivités.

Ainsi, les nouvelles ceintures vertes facilitent la disparition de la barrière entre ville et nature et redonnent aux citoyens un accès aux milieux naturels contribuant ainsi à une meilleure qualité de vie urbaine et péri-urbaine.

Pourquoi le Grand Montréal devrait se doter d’une Ceinture Verte?

La grande région de Montréal abrite plus de la moitié de la population du Québec, mais aussi ses écosystèmes les plus riches et ses meilleures terres agricoles. Il faut les préserver pour des raisons écologiques, mais aussi pour rendre davantage accessible la nature pour des raisons sociales.

Et il est urgent de le faire car c’est aussi dans cette zone que les pressions dues à l’intervention humaine sur les milieux naturels les plus importantes. On estime que depuis les années 80, entre 1 et 2% de la superficie des milieux naturels du Grand Montréal disparaissent chaque année.

La création de la Ceinture Verte du Grand Montréal permettrait non seulement de protéger les derniers milieux naturels existants, mais aussi de restaurer la connectivité entre ces milieux, ce qui est à la base d’une biodiversité riche.

Pour plus d’information, consultez l’étude de la Fondation David Suzuki et de Nature-Action Québec.

Pourquoi l’accès à la nature est-il important en milieu urbain ?

Le manque d’accès à la nature, problème de plus en plus documenté, contribue au « déficit nature » chez les enfants et les adultes – ce problème étant associé à un mauvais développement psychologique et physiologique chez l’humain étant peu en contact avec la nature.

Dans un document réalisé dans le cadre du Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec, par exemple, l’Institut national de santé publique se penche sur les bénéfices associés à la présence de milieux naturels en ville. Elle cite notamment des études réalisées en Hollande, au Japon et au Danemark dans lesquelles les chercheurs concluent qu’une plus grande proximité à des espaces verts urbains est associée à un plus faible taux de détresse psychologique chez les populations avoisinantes.

A cela on peut ajouter tous les services que nous offrent les milieux naturels sans autre investissement que de les préserver.

Quels sont les gestes à poser pour mettre en place la Ceinture Verte?

En premier lieu, il est essentiel de convaincre les différentes instances gouvernementales (municipales et provinciales) de l’importance de créer la Ceinture Verte pour le Grand Montréal. Il est primordial d’obtenir l’appui des différentes municipalités faisant partie du territoire proposé de la Ceinture Verte du bien fondé du projet et du fait qu’il est crucial et déterminant pour la prospérité de la région (tant sur le point environnemental qu’économique).

Ensuite, il est essentiel de s’assurer que les lois courantes (ex. : aménagement du territoire, zonage agricole) soient bonifiées, d’une part, et bien suivies et respectées, d’autre part.

Enfin, il est absolument nécessaire de s’assurer que les citoyens de la région s’approprient le projet. Il faut que les gens comprennent l’importance de préserver et restaurer nos milieux naturels, puisqu’intimement liés à une meilleure qualité de vie et, de surcroît, une meilleure économie.

Quelle est la valeur économique de la ceinture verte de Montréal ?

Les avantages économiques sont multiples et perdurent à long terme. En misant sur la protection et la restauration de ces milieux par la création d’une ceinture verte, on évite de dépenser plus tard pour les dommages causés par leur perte : inondations, îlots de chaleur, pollinisation, etc.), le tout estimé à plusieurs milliards de dollars par année. De plus, la création d’une telle ceinture verte constituerait un projet novateur et mobilisateur pour la grande métropole, puisque cela appuie la volonté politique d’enrayer l’étalement urbain et de densifier. Cela permettrait de redonner accès à la nature aux citoyens et citoyennes de la région et quand on sait que les activités de plein air sont de plus en plus populaires, l’importance de préserver nos milieux naturels est évidente.

Ce projet a-t-il déjà été réalisé ailleurs?

Plusieurs grandes villes se sont dotées de ceintures vertes telles que les villes de São Paulo, de Londres, mais aussi la région du rideau de fer de l’Allemagne, ainsi qu’une partie des Pays-Bas. Au Canada, quelques grandes villes se sont dotées de ceintures vertes; notons entre autres Ottawa, Toronto, et Vancouver.

Ces derniers exemples sont de belles réussites et une preuve que la création d’une ceinture verte peut être un succès puisque ces villes ont réussi à mettre en valeur leurs milieux naturels et à s’en servir pour renforcer l’attractivité de leurs régions, notamment pour le tourisme.

Comments are closed